Wir verwenden Cookies, um die Benutzerfreundlichkeit dieser Webseite zu erhöhen (mehr Informationen).

Prof. Dr. Werner Gitt

La réfutation de l’évolution par les lois de la nature

Viele Menschen gehen davon aus, dass das Leben auf der Erde durch Evolution entstanden ist und meinen, dass dies wissenschaftlich bewiesen sei. Anhand der Naturgesetze der Information stellt Prof. Dr. Werner Gitt sechs Schlussfolgerungen auf, die eindeutig die Möglichkeit der Entstehung des Lebens durch Evolution ausschließen.

"Die stärkste Argumentation in der Wissenschaft ist immer dann gegeben, wenn Naturgesetze angewandt werden, um einen Vorgang oder eine Idee zu begründen oder auch zu widerlegen. In allen Lebewesen finden wir eine geradezu unvorstellbare Menge an Information, die unbedingt erforderlich ist für die Baupläne der Individuen und für die Steuerung aller komplexen Vorgänge in den Zellen. Mit Hilfe der Naturgesetze der Information werden wir nachweisen, dass jegliche Information, und damit auch die biologische Information, einen intelligenten Urheber benötigt."

Kurzlink zum PDF-Download: https://bruderhand.de/refutation

10 Seiten, Best.-Nr. 131-4, Kosten- und Verteilhinweise | Eindruck einer Kontaktadresse



La réfutation de l’évolution par les lois de la nature
Les lois de la nature sur l’information et leurs implications

Dans les sciences, l’argumentation la plus forte est toujours celle qui utilise les lois de la nature pour justifier ou réfuter un processus. Nous trouvons chez tous les êtres vivants une quantité phénoménale d’informations, absolument nécessaire aux plans de construction des individus et au fonctionnement des opérations complexes à l’intérieur des cellules. A l’aide des lois naturelles de l’information, nous prouverons que toute information, et par là l’information biologique elle-même, nécessite un auteur intelligent.

Qu’est-ce qu’une loi de la nature ?

Quand, dans notre monde observable, la validité générale d’un théorème est invariablement et perpétuellement confirmée de manière reproductible, on parle d’une loi de la nature. Celles-ci ont la plus grande signifiance dans les sciences car :

  • elles ne font pas d’exception.
  • elles répondent à la question de savoir si un processus imaginé est possible ou non.
  • elles existent depuis toujours, indépendamment de leur découverte et de leur formulation par l’homme.
  • elles peuvent être toujours appliquées avec succès aux cas encore inconnus.

Par loi de la nature on entend normalement les lois de la physique et de la chimie. Mais penser que notre monde peut être décrit uniquement par des grandeurs matérielles restreint notre perception. Les grandeurs immatérielles telles que l’information, la volonté et la conscience font aussi partie de notre réalité. Les lois concernant les grandeurs immatérielles remplissent les mêmes critères stricts que celles des grandeurs matérielles et sont donc tout aussi probantes dans leurs implications.

Définition de l’information et de ses lois naturelles

Pour pouvoir décrire les lois naturelles de l’information et pouvoir analyser un système inconnu, il est nécessaire d’avoir une définition précise et appropriée :

Nous parlons d’information quand, dans un système observé, les cinq niveaux hiérarchiques suivants sont présents: statistique, syntaxe (code, grammaire, vocabulaire), sémantique (signification), pragmatique (action) et apobétique (but, résultat).

Les quatre lois naturelles de l’information sont (LNI) :

LNI-1 : Une grandeur matérielle ne peut pas produire de grandeur immatérielle.

LNI-2 : L’information est une grandeur immatérielle.

LNI-3 : Aucune information ne peut provenir de processus statistiques (= processus sans intelligence directive).

LNI-4 : L’information ne peut provenir que d’un émetteur intelligent. Un émetteur intelligent dispose d’une conscience, est doté d’une volonté propre, est créatif, a une pensée autonome et agit dans un but.

Dans ce qui suit, nous allons faire ressortir des implications significatives à partir des lois naturelles de l’information.

Six implications de grande portée

Maintenant que les lois de l’information sont connues, nous pouvons y recourir de manière ciblée et effective, et découvrir à partir d’elles des implications de grande portée. Comme nos questions dépassent les réponses que la science est capable de nous donner, nous avons besoin d’une source d’information supérieure ; pour moi, en tant que chrétien, c’est la Bible. Dans ce qui suit, nous énoncerons d’abord les implications scientifiques des lois de la nature, puis nous donnerons les références bibliques qui confirment les résultats scientifiques et vont même au-delà.

Implication I1 :

Du fait que nous trouvons dans toutes les formes de la vie un code (molécule d’ADN ou d’ARN) ainsi que les autres niveaux de l’information, nous nous trouvons de toute évidence dans le domaine de définition de l’information. Nous pouvons donc en conclure qu’il doit y avoir pour cela un émetteur intelligent ! (application de LNI-4)

Comme il n’existe pas de processus démontré par observation ou expérimentation, selon lequel l’information aurait surgit d’elle-même dans la matière, ceci est également valable pour toute information chez les êtres vivants. LNI-4 exige donc ici aussi un auteur intelligent ayant écrit les programmes. L’implication I1 est donc ainsi une preuve de l’existence de Dieu, ou autrement dit, une réfutation scientifique de l’athéisme.

Implication I2 :

L’information codée dans la molécule d’ADN dépasse de loin toutes nos technologies connues actuellement. Etant donné qu’aucun être humain n’entre en ligne de compte comme émetteur, celui-ci doit être cherché en dehors de notre monde visible. Nous en concluons que l’émetteur ne doit non seulement être suprêmement intelligent, mais qu’il doit même disposer d’un infini d’information et d’intelligence, c.à.d. être omniscient. (application de LNI-1, LNI-4)

Supposons que cet émetteur (auteur, créateur, Dieu) soit limité dans son intelligence, il aurait alors eu besoin d’un super-dieu qui l’aurait enseigné. Comme lui-même aussi aurait besoin d’être enseigné, nous en venons à un nombre infini de dieux, dont le « dernier » arriverait, grâce à cette addition continuelle, à un savoir infini, il serait alors omniscient. L’alternative tout aussi logique et valable est d’admettre un dieu unique. Il devrait avoir une intelligence et une source d’information illimitées, donc être omniscient. C’est cette seconde alternative que la Bible enseigne. Il n’y a qu’un Dieu : « Je suis le premier et je suis le dernier ; en dehors de moi, il n’y a point de Dieu. » (Esaïe 44, 6)

Si ce Dieu est omniscient (I2), Il a connaissance de toutes les choses du présent, du passé et de l’avenir. S’Il sait toutes choses au-delà des limites du temps, Il doit être lui-même éternel ! C’est ce qui est dit dans le Psaume 90, 2 ; Esaïe 40, 28 et Daniel 6, 27.

Implication I3 :

Du fait que l’émetteur…

  • a génialement codifié l’information que nous trouvons dans les molécules d’ADN,
  • a dû avoir élaboré les machines biologiques complexes qui décodent l’information et exécutent l’ensemble des processus de la biosynthèse,
  • a dû avoir conçu les êtres vivants jusque dans leurs moindres détails et programmé toutes leurs facultés,

nous en concluons que l’émetteur a dû vouloir toutes ces choses telles qu’elles sont et qu’il doit être très puissant.

L’implication I2 nous a permis de constater, sur la base des lois de la nature, que l’émetteur (créateur, Dieu) devait être omniscient et éternel. Maintenant, nous nous posons la question de la grandeur de sa puissance. En se servant de la même logique, nous arrivons au résultat qu’Il doit être également tout-puissant.

La Bible en rend aussi témoignage : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur, celui qui était, et qui est et qui vient, le Tout-Puissant. » (Apocalypse 1, 8)

Implication I4 :

Etant donné que nous sommes capables, nous humains, de produire de nouvelles informations, elles ne peuvent pas provenir de notre partie matérielle (le corps). Nous en concluons que l’homme doit avoir une composante immatérielle (âme, esprit). Ceci nous amène à la réfutation de l’idée du matérialisme (application de LI-1, LI-2).

Dans la biologie évolutionniste et moléculaire, on argumente exclusivement en catégories matérialistes. À l’aide des théorèmes de l’information, ce matérialisme peut être réfuté comme suit : nous avons tous la capacité de produire de nouvelles informations (p. ex. dans des lettres, des livres) – donc des grandeurs immatérielles. Comme la matière ne le peut pas (LNI-1), une composante immatérielle est indispensable, en plus de notre corps (matériel) : c’est l’âme. Dans 1 Thessaloniciens 5, 23, la Bible confirme ce fait : « Que le Dieu de paix vous sanctifie tout entiers ; que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé sans reproche à l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » Le corps est la partie matérielle de l’homme, tandis que l’âme et l’esprit sont immatériels.

Le cerveau : en raison de l’approche matérialiste des sciences naturelles, les chercheurs ont pour hypothèse : « Notre cerveau est la source de l’information. » Cette représentation est fausse car notre cerveau est matière, et selon LNI-1, elle ne peut pas produire d’information. Le cerveau ne peut pas, par conséquent, être la source de l’information ; il n’est qu’une machine à traiter l’information, même si elle est très complexe.

Implication I5 :

L’information étant la composante essentielle de toute vie, elle ne peut être produite ni à partir de la matière ni de l’énergie, et un émetteur intelligent est indispensable. Comme toutes les théories de l’évolution chimique et biologique exigent que l’information provienne uniquement de la matière ou de l’énergie (pas d’émetteur), nous pouvons en déduire que toutes les théories et concepts de l’évolution chimique et biologique (la macroévolution) doivent être FAUSSES. (application de LI-1, LI-2)

La théorie de l’évolution tente d’expliquer la vie à un niveau physico-chimique uniquement. Les lois naturelles de l’information excluent l’idée de la macroévolution – autrement dit, le développement à partir de la cellule primitive à l’être humain. Au vu des théorèmes de l’information, le système de l’évolution se révèle être un « perpetuum mobile » (mouvement perpétuel) de l’information, donc quelque chose d’impossible.

Par contre, la microévolution, l’adaptation à l’intérieur d’une espèce (p. ex. les pinsons de Darwin avec leurs formes de bec différentes) est quelque chose d’observable. Conséquemment, l’information nécessitée pour cela n’a pas surgi de la matière, elle résulte des ramifications du programme que le Créateur, dans son omniscience, a prévues à l’avance.

Le récit de la Création souligne par neuf fois que la variété incroyable de la vie entière a été créée de manière très spécifique – selon leur espèce. Ici non plus pas trace d’évolution.

Implication I6 :

Comme le vivant est une grandeur immatérielle, la matière ne peut pas l’avoir produit. Nous en déduisons qu’il n’y a aucun processus dans la matière qui mène du non-vivant au vivant. Les processus purement matériels ne peuvent ni sur la terre, ni ailleurs dans l’univers conduire à la vie. (application de LNI-1)

Ce qui caractérise le vivant (ou le phénomène de la « vie ») dans un être, est de la même nature non-matérielle que l’information. Comme l’implication I6 le montre, cette nouvelle approche nous permet d’exclure l’origine spontanée de la vie dans la matière. Pour cette raison, la recherche de la vie sur d’autres planètes n’a pas de sens.

Résumé

Grâce aux théorèmes de l’information, plusieurs idées largement établies ont pu être réfutées :

  • l’approche purement matérialiste des sciences,
  • toutes les idées évolutionnistes courantes (évolution chimique, biologique),
  • le matérialisme (la vision matérialiste de l’homme p. ex.)
  • l’athéisme

Nous avons pu prouver,

  • que l’auteur requis par les lois naturelles de l’information (créateur, Dieu) doit exister.
  • que cet auteur doit être omniscient et éternel.
  • qu’il doit être tout-puissant.
  • que l’homme doit avoir une composante immatérielle (l’âme).
  • que notre cerveau ne peut pas être la source de l’information que nous produisons.

Qui est l’émetteur, qui est le Créateur ?

Nous arrivons maintenant à une question importante : qui est l’émetteur de l’information biologique, et qui est l’auteur de la vie ? Dieu le Père a remis à son Fils Jésus la tâche de la Création, c’est pour cela que le Nouveau Testament dit au sujet de Jésus: « Il est l’image du Dieu invisible…Car en lui tout a été créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible …Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses et tout subsiste par lui. » (Colossiens 1, 15-17). Dans notre monde il n’y a donc rien qui n’ait été créé par le Seigneur Jésus. L’immense cosmos en fait partie tout comme chaque microbe, chaque fourmi, chaque girafe et aussi chaque être humain.

Une pensée époustouflante

Jésus est Celui qui était depuis l’éternité et Il est le Roi du royaume des cieux. Toute puissance Lui est donnée dans le ciel et sur la terre (Matthieu 28, 18). Pouvons-nous saisir la grandeur incommensurable de la pensée suivante ? L’homme sur la croix de Golgotha et le Créateur de ce monde et de la vie sont la même personne ! Dans son amour insondable envers nous, Il s’est laissé crucifier pour nos péchés et ne s’est nullement défendu, afin que les portes du ciel s’ouvrent pour nous. Celui qui rejette cela perd tout : « Comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut ? » (Hébreux 2, 3). Celui qui L’accepte Lui, gagne tout, car Jésus a dit : « Celui qui écoute ma parole et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle ….il est passé de la mort à la vie. » (Jean 5, 24). Demandez au Seigneur Jésus le pardon de vos péchés pour que vous puissiez échapper au jugement de Dieu, acceptez-Le comme votre Créateur et Sauveur personnel et marchez à sa suite.

Professeur et Directeur
Dr. Werner Gitt