Wir verwenden Cookies, um die Benutzerfreundlichkeit dieser Webseite zu erhöhen (mehr Informationen).

Billy Graham

A la recherche

Billy Graham geht auf die elementarste Frage der Menschen ein: Die Frage nach dem Sinn des Lebens. Im Prinzip sucht jeder Mensch nach Erfüllung und Sinn, doch jeder sucht ihn woanders. Obwohl die westliche Welt als zivilisiert, hoch entwickelt und modern gilt, bleiben die Menschen doch leer und sind keineswegs glücklich. Doch kann ein Mensch nicht von sich aus seinem Leben einen Sinn geben, denn das Wesen des Menschen ist verdorben - in diesem Punkt gab es über all die Jahrtausende keinen Fortschritt. Aber es gibt eine Antwort auf unser Suchen. "Wenn Du in den Himmel kommen und ein sinnerfülltes Leben führen möchtest, musst du dich bekehren." Wie das geht, erklärt Billy Graham in drei Schritten.

8 Seiten, Best.-Nr. 21-4, Kosten- und Verteilhinweise | Eindruck einer Kontaktadresse

Kostenlos

A la recherche

Ta recherche a commencé dès ta venue au monde. Il t’a peut-être fallu quelques années pour te rendre compte que tu étais sans cesse à la recherche de quelque chose qui te manquait. 

Tu as parfois essayé d’oublier ce vide intérieur et de te distraire avec autre chose. Pour un moment, tu as réussi à chasser de tes pensées cette éternelle quête. Mais tu as chaque fois recommencé.

Tu n’es pas le seul

Pendant tes heures de solitude, tu as observé les autres et tu t’es demandé si eux aussi cherchaient quelque chose qu’ils ne pouvaient pas décrire. Certains d’entre eux semblaient beaucoup plus heureux et insouciants que toi. Il y en avait qui semblaient avoir trouvé pleine satisfaction dans la vie de couple et de famille. D’autres partaient à l’étranger et y faisaient carrière. D’autres encore restaient chez eux et avaient là du succès. En pensant à eux, les réflexions suivantes te venaient à l’esprit :

« Ces gens-là ne recherchent rien, ils ont déjà trouvé leur chemin. Ils savaient ce qu’ils voulaient et ils l’ont obtenu. Je suis le seul à me trouver sur un chemin qui ne mène nulle part. Je suis le seul à chercher ».

Mais tu n’es pas le seul. L’humanité entière est en marche avec toi. Tous cherchent quelque chose. Ils cherchent une réponse au désarroi, à l’immoralité et au vide spirituel qui accablent le monde. L’humanité entière appelle avec force un changement. Elle aspire à la sécurité et à la paix.

Une époque d’insécurité

On dit que nous vivons à l’ère de la peur. Les historiens font remarquer qu’il n’y a que peu d’époques dans l’histoire où l’humanité ait été autant affectée par la peur et l’insécurité qu’aujourd’hui. Tous les appuis familiers semblent renversés. Nous parlons de paix, mais nous sommes à deux doigts de la guerre. Nous élaborons des concepts sophistiqués pour notre sécurité mais nous savons quand même que nous ne la trouverons pas. Nous empruntons sans cesse de nouvelles voies en nous répétant chaque fois : « C’est le bon chemin ». Mais nous nous trompons toujours.

Un haut niveau d’éducation, mais des cœurs vides

De nombreuses personnes ont tenté d’assouvir leurs ardentes aspirations intérieures au moyen de la liberté et de l’éducation. Elles ont placé toute leur confiance dans l’idée que la liberté politique, accompagnée d’instruction, conduirait au but. Elles se sont consacrées de toutes leurs forces à l’instruction. Il a semblé pendant un certain temps que c’était un chemin raisonnable. Mais où a-t-il mené ? Tu connais la réponse. Nous faisons partie des peuples les plus cultivés de l’histoire de la civilisation. Nos élèves des écoles supérieures en savent plus sur les lois physiques de l’univers que le plus grand scientifique du temps d’Aristote. Mais bien que nos têtes soient bourrées de savoir, nos cœurs restent vides.

Les fausses réponses aux questions importantes

Regarde autour de toi. Tu vois un pays qui jouit d’une liberté politique pratiquement jamais atteinte auparavant. Tu vois le système éducatif le plus élaboré que les hommes aient conçu. Nombreux sont les pays qui nous envient notre niveau de vie élevé. Le « mode de vie occidental », c’est ainsi que nous appelons notre économie informatisée et entièrement automatisée. Mais nous a-t-elle rendus heureux ? Nous donne-t-elle la vraie joie et ce sens à la vie auquel nous aspirons ?

En réalité, nous vivons une époque de nombreuses crises. Il nous faut reconnaître que tous nos efforts ne nous sont d’aucun recours. Des milliards sont dépensés par tous, hommes et femmes, pour les sciences occultes qui ne leur offrent que des réponses fausses et même souvent dangereuses.

Pourquoi sommes-nous si vides ?

Tous les jours j’entends des parents se plaindre de ce qu’ils ne comprennent pas leurs enfants. Ceux-ci ne veulent plus faire d’efforts, ils veulent que tout leur soit servi sur un plateau. Ces parents ne semblent pas remarquer combien leurs enfants ont le cœur vide.

Pourquoi sont-ils si vides ? Parce qu’ils ne savent pas d’où ils viennent, pourquoi ils vivent, ni où ils vont. Ils ressemblent à une belle voiture, parfaite jusqu’au plus petit détail, mais qui manquerait de carburant. Et ils rouillent par pur ennui.

Les habitants des pays occidentaux ont, paraît-il, le plus haut pourcentage d’ennui. On le remarque au fait que nous avons le plus grand choix possible de distractions. La plupart des gens sont devenus si vides qu’ils ne sont même plus capables de se distraire eux-mêmes. Ils ont besoin d’autres personnes qu’ils paient pour les faire rire. L’ennui est l’une des échelles les plus sûres pour mesurer notre vide intérieur. Cette échelle est aussi précise qu’un thermomètre et elle indique à quel point, en réalité, notre vie intérieure est vide.

Pourquoi demeurons-nous si vides ?

Chacun de nous doit décider lui-même comment il veut remplir son vide intérieur. Nous avons essayé de le faire avec la science, l’éducation, un meilleur style de vie, les plaisirs et beaucoup d’autres choses. Pourquoi ne réussissons-nous pas, malgré tous nos efforts, à combler ce vide ? La Bible nous donne une réponse claire et nette : notre Créateur nous a créés pour être ses vis-à-vis. Sans sa communion, nous ne trouverons jamais ni satisfaction, ni contentement.

Il y a bien longtemps, Jésus a dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement » (Luc 4, 4). Mais nous n’y avons pas fait attention, nous nous sommes bourrés de pains de toutes sortes, jusqu’à en tomber malade.

La confusion planifiée

Dans notre monde, tout est confusion. Mais c’est une confusion planifiée – d’après les plans de Satan. La Bible nous dit que le grand imposteur qui se cache derrière notre propre aveuglement, c’est Satan. Il nous a fait croire que les choses allaient s’améliorer, tandis qu’elles s’aggravaient en fait de plus en plus.

Malgré le progrès, nous n’avons pas résolu le problème essentiel de l’humanité. Nous en arrivons à la fission nucléaire, nous découvrons de nouvelles planètes, mais nous ne sommes pas capables de vivre ensemble en paix. Nous développons de nouveaux médicaments encore plus performants, mais nous ne trouvons pas de remède à notre vide intérieur. Nos problèmes sont les mêmes que ceux dont souffrent les hommes depuis toujours. On dirait même qu’ils sont devenus plus grands et plus nombreux.

La vérité qui nous concerne

La vraie histoire de l’homme se compose des faits suivants :

Son passé est marqué par le péché, son présent est rempli de soucis et de peines et dans l’avenir, c’est la mort qui l’attend inexorablement.

Par nature, l’homme est rempli de haine, de jalousie, de cupidité et d’envie. La malédiction du péché repose sur lui et la crainte de la mort le tourmente. Son esprit ingénieux l’a bien rendu capable de changer beaucoup de choses, mais pas lui-même. Malgré les grands « progrès » évidents de notre siècle, l’homme est resté tel qu’il est depuis toujours : pécheur et séparé de Dieu (voir Romains 3, 23).

Le péché reste inchangé. Nous avons essayé de lui donner d’autres noms. Nous avons collé une nouvelle étiquette sur la vieille bouteille de poison. Nous avons essayé de nommer le péché « erreur », « faute », « mauvais discernement », mais le péché est le péché. Nous avons essayé d’apaiser notre conscience, mais nous savons parfaitement que nous sommes pécheurs. Et les résultats du péché sont encore et toujours la maladie, la déception, le désespoir et la mort.

Le chemin de retour

La Bible nous montre que Dieu est saint et juste. Il ne peut pas tolérer le péché, ce péché qui nous sépare de Lui et qui suscite sa colère contre nous.

Si nous voulons être réconciliés avec Dieu, il nous faut plus qu’une morale améliorée. Un meilleur comportement moral ne peut pas nous rapprocher de Dieu, car le caractère de l’homme est corrompu par le péché. De nos propres forces, nous ne pourrons jamais vivre comme Dieu l’attend de nous.

La question se pose alors : que dois-je faire ? Par où dois-je commencer? Comment puis-je retourner à Dieu ? Il n’y a qu’un chemin qui mène à Dieu. Ce chemin, c’est Jésus (voir Jean 14, 16).

La réponse à notre recherche

Jésus est venu pour donner la réponse à la question du péché, de la souffrance et de la mort. Car Jésus-Christ est éternel et invariable. Il est Le même hier, aujourd’hui, et pour l’éternité (voir Hébreux 13, 8). Tout le reste peut changer, Christ ne change pas.

Je me souviens d’un alcoolique qui, lors d’une de mes réunions, m’avait dit :

« M. Graham, je suis sûr qu’il y a du vrai dans ce que vous dites. Je suis prêt à donner une chance à Christ. Si seulement il venait un peu à ma rencontre, je Lui remettrais ma vie entière ».

Quelques semaines plus tard, il me disait qu’une chose lui paraissait absolument incompréhensible : chaque fois qu’il voulait se remettre à boire, il avait l’impression que quelqu’un l’en empêchait. Jésus lui avait donné la victoire sur sa dépendance. Il retourna dans sa famille et mène aujourd’hui une vie avec Christ. Autrement dit : il changea sa manière de penser, il se convertit.

Les pas concrets dans la bonne direction

Si tu veux aller au ciel et que ta vie ait un sens, il faut que tu te convertisses. Ce n’est pas moi qui l’ai dit, c’est Jésus. Ce n’est pas l’avis d’un homme, c’est l’avis de Dieu. Jésus a dit (Matthieu 18, 3) : « Si vous ne vous convertissez…, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux ». Il exigeait donc un retour sur soi radical, un changement de pensée, une conversion.

La conversion biblique comporte trois étapes ; les deux premières sont actives, la troisième est passive.

La première étape s’appelle la « repentance ». Tu dois reconnaître et avouer que tu as péché et que tu es coupable devant Dieu. Tu confesses devant Jésus-Christ, dans la prière, que tu es un pécheur et tu Lui demandes de te pardonner tous tes péchés. Tu tournes le dos à ta vie de péché sans Dieu (voir 1 Jean 1, 9), pour commencer une nouvelle vie avec Jésus.

La deuxième étape s’appelle la « foi ». La foi c’est se tourner sciemment vers Dieu. Tu places ta confiance en Jésus-Christ, mort à ta place, et tu Le reçois dans ta vie comme ton Seigneur.

A ce moment-là, l’Esprit Saint opère le miracle de la nouvelle naissance. Tu deviens véritablement un nouvel homme/une nouvelle femme (voir 2 Corinthiens 5, 17). Ceci est la troisième etape. Jésus-Christ entre dans ta vie par l’Esprit Saint. Il fait de toi un enfant de Dieu et donne un sens nouveau à ta vie. La Bible dit dans Jean 1, 12 :

« Mais à tous ceux qui l’ont reçu (Jésus), il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom ».

Ne veux-tu pas le faire maintenant ? Demande à Jésus-Christ dans une prière sincère le pardon de tes péchés et fais de Lui le Seigneur de ta vie. Tu constateras alors que tu as trouvé exactement ce que tu cherchais depuis si longtemps. Ce n’est qu’auprès de Lui que tes aspirations seront satisfaites. Viens à Lui! Il t’attend.

Billy Graham