Wir verwenden Cookies, um die Benutzerfreundlichkeit dieser Webseite zu erhöhen (mehr Informationen).

Manfred Röseler

Covid-19 - Faut-il s’inquiéter?

Réflexions d’une perspective biblique

Mit großem Tempo breitet sich das Corona-Virus aus und verursacht eine neuartige Lungenkrankheit, die als Covid-19 bezeichnet wird. Die Zahl der bestätigten Infektionen und Todesfälle aufgrund dieser Krankheit wächst stetig.

Müssen wir besorgt sein? Ich möchte Sie ermutigen, dass Sie mit Gott rechnen und Ihr Leben Jesus Christus anvertrauen. Vielleicht kann die Sorge um Covid-19 dazu beitragen, dass Sie von dem schlimmsten „Virus“, den es überhaupt gibt, die Sünde, befreit werden.

Wir empfehlen Ihnen diese Schrift zur Weitergabe an viele andere.

8 Seiten, Best.-Nr. 51-4, Kosten- und Verteilhinweise | Eindruck einer Kontaktadresse


Covid-19
Perspective d’espoir

Le coronavirus se propage à grande allure et provoque une nouvelle affection des poumons appelée Covid – 19.

Le nombre des infections attestées et des décès dus à cette maladie augmente sans arrêt. Parallèlement, les scientifiques recherchent un vaccin. En ces temps de crise, les mesures préventives sont particulièrement importantes. Si quelqu’un est infecté, il s’agit de le placer en quarantaine en le mettant à l’écart des autres. Tous les contacts de la personne contaminée doivent être identifiés afin qu’ils soient eux aussi mis en quarantaine. Dans la mesure du possible, les chaînes d’infection doivent être interrompues.

Faut-il s’inquiéter ?

La maladie respiratoire Covid – 19 a éclaté fin décembre 2019 dans la ville de Wuhan et s’est développée depuis en une épidémie de portée internationale.  Le 11 mars 2020, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’épidémie du coronavirus pandémique. Du fait de la propagation extrêmement rapide du virus, nous avons définitivement raison de nous inquiéter. Des mesures de précaution s’imposent. Il y a plus de trois mille ans déjà, - c’est ce que nous apprenons dans la Bible - les personnes touchées d’une inflammation infectieuse de la peau devaient être isolées. Elles devaient vivre à part (voir Lévitique 13, 46, la Bible). De notre point de vue actuel, il semble cruel de traiter ainsi des personnes malades. Mais au fond, nous utilisons aujourd’hui une méthode tout à fait comparable. Nous l’appelons quarantaine.

Comment pouvons-nous nous protéger ?

Il est recommandé d’éviter tout rassemblement de personnes, de porter des masques respiratoires dans certaines circonstances et de nous laver régulièrement les mains. Des désinfectants sont utilisés et les poignées de porte devraient être nettoyées régulièrement. Une distance d’au moins un ou deux mètres  avec des personnes susceptibles d’être porteuses du virus devrait être respectée. Les gouvernements prennent des mesures drastiques pour ralentir la propagation du virus. Mais toutes ces mesures sont-elles suffisantes pour nous rassurer ? Nous remarquons vite que les recommandations mentionnées ne réduisent que très peu notre inquiétude. Je voudrais attirer l’attention sur un aspect important qui ne doit pas être ignoré dans cette situation. Nous apprenons dans la Bible que Dieu a le pouvoir de protéger chaque être humain. Nous lisons :

« Tu ne craindras ni la terreur de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, ni la peste qui marche dans l’obscurité, ni la contagion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté et dix mille à ta droite, rien ne t’atteindra. » (Psaume 91, 5-7)

C’est exactement ce que le peuple d’Israël a vécu en Égypte. Tandis que, cette nuit-là, le premier-né de chaque famille égyptienne mourait, tous les Israélites furent épargnés (voir Exode 12, 12-13). Déjà au moment du déluge, Dieu a gardé quelques personnes qui Lui faisaient confiance.

Pouvons-nous aussi compter sur la même protection ?

Nous remarquons que les exemples mentionnés ne concordent pas exactement avec notre situation. Cependant, ils nous montrent la grande puissance que Dieu a pour protéger de tout danger. Mais nous faisons aussi l’expérience que des croyants meurent de maladies ou périssent dans les guerres, les catastrophes ou la persécution. Cette éventualité doit être également envisagée.

Un exemple encourageant pour nous, qui montre comment Dieu intervient et secourt dans la détresse, nous est donné par trois Israélites qui administraient la province de Babylone : Chadrac, Mechac et Abed-Nego. Cette histoire nous est rapportée dans la Bible. On attendait d’eux, ainsi que du peuple entier, qu’ils se prosternent devant la statue d’or du roi Nebukadnetsar. Celui qui s’y refusait devait être jeté dans la fournaise ardente. Pour les trois administrateurs, il était clair qu’ils n’adoreraient que Dieu. Ils répondirent donc au roi : 

« Notre Dieu que nous servons peut nous délivrer : il nous délivrera de la fournaise ardente et de ta main, ô roi. Sinon, sache ô roi que nous ne servirons pas tes dieux et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as dressée. » (Daniel 3, 17-18)

Ils ne savaient pas comment l’histoire se terminerait. Mais ils voulaient rester fidèles à Dieu, même si cela impliquait leur mort. Ils furent jetés dans le feu et firent l’expérience de la protection divine. Nous pouvons dire avec certitude absolue que Dieu veille sur ceux qui Lui font confiance et peut les garder au travers des plus grands problèmes de leur vie. Même si la maladie, la souffrance ou la mort les attendent, ils savent parfaitement qu’ils sont en sécurité auprès de Dieu. Ils ont confiance que Dieu les guide et que toutes choses concourent à leur bien.

Une épidémie aux conséquences tragiques

Au vu de l’épidémie du coronavirus, rappelons-nous  qu’il existe une autre « maladie » bien plus tragique que Covid -19. Nous sommes à juste titre préoccupés par la propagation du coronavirus, mais il existe un « virus » beaucoup plus insidieux. Le pire « virus » qui existe apparaît souvent de manière insignifiante. On n’y fait pas attention. C’est le « péché ». Le mot « péché » est un terme biblique qui décrit l’état de l’homme vivant séparé de Dieu. L’homme n’agit pas selon les commandements de Dieu et n’a aucune relation avec Jésus. Dieu voudrait que nous vivions en harmonie avec Lui et avec les autres êtres humains. Mais le péché est là, qui détruit notre vie commune et notre relation avec Dieu.

Notre monde est à bien des égards dans un
triste état. Il est rempli de haine, de terreur, de guerre et de souffrance personnelle. Chacun de nous y est confronté d’une manière ou d’une autre.

Nous nous trouvons parfois en présence de situations désastreuses et ne savons souvent pas comment nous en sortir. Le « virus » nous contrôle. Des gens se séparent, des familles se désunissent, des pays sont en guerre. Mais ce n’est pas encore son effet le plus néfaste. Sa conséquence la plus tragique est qu’il nous sépare de Dieu et que cette séparation dure éternellement.

Imaginez un instant que vous deviez rester en quarantaine non seulement pour deux ou trois semaines, mais pour le reste de votre vie ! Ce serait une pensée insoutenable ! Mais le virus du péché a des conséquences si tragiques qu’il ne met pas l’être humain en quarantaine pour quelques semaines ou quelques mois seulement, mais pour toute l’éternité. Cela signifie que l’homme est banni pour toujours de la présence de Dieu, et par cela du ciel. Ce qui l’attend après la mort est un endroit terrible, loin de la présence de Dieu.

Une « épidémie » qui peut être vaincue

Si donc les conséquences que le virus du péché cause sont si graves, il est important de connaître le chemin de la guérison ! Dieu Lui-même y a pourvu. Il a envoyé son Fils Jésus-Christ dans le monde pour nous sauver du virus du péché. Jésus est mort sur la croix de Golgotha pour les péchés de chacun de nous en particulier. Il a payé de sa vie pour les conséquences que le péché entraînait. Il a pris sur lui notre faute pour que nous en soyons pardonnés. Cependant, personne n’est délivré de sa faute de manière automatique. Un malade doit prendre les médicaments qui lui sont prescrits pour son bien. De la même manière, nous devons accepter le remède que Dieu met à notre disposition. Ce « remède » est Jésus-Christ. Acceptez-Le ! Il est dit de Lui dans la Bible :

«Le salut ne se trouve en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4, 12)

Comment Jésus nous délivre-t-Il de notre faute ? D’abord, il nous faut reconnaître que nous avons besoin de pardon. En second lieu, nous devons recevoir Jésus comme Seigneur dans notre vie. Comment cela se passe-t-il concrètement ? Parlez avec Jésus-Christ dans une simple prière. Remerciez-Le de ce qu’Il a donné sa vie pour vous sur la croix. Demandez-Lui pardon pour tous vos péchés et invitez-Le à venir dans votre vie. Dites-Lui que vous désirez Lui appartenir et demandez-Lui d’être désormais le maître de votre vie. Remettez ainsi votre vie entre les mains de Jésus-Christ !

Jésus  pardonne alors entièrement votre faute et fait de vous un enfant de Dieu. Vous êtes ainsi délivré du virus du péché et pouvez vous réjouir d’être un jour auprès de Lui au ciel. Avec cette décision, c’est une vie nouvelle qui commence avec Jésus-Christ. Lisez régulièrement la Bible pour connaître de mieux en mieux la volonté de Dieu. Parlez régulièrement avec Dieu et cherchez la communion avec d’autres personnes qui connaissent aussi Jésus personnellement et vivent avec Lui.

Devons-nous nous inquiéter ? Je voudrais vous encourager à compter sur Dieu et à confier votre vie à Jésus-Christ. Peut-être que les soucis liés à Covid – 19 contribueront à ce que vous soyez sauvé du péché, le pire « virus » qui soit.

Manfred Röseler